La blousa

La blousa ou blousa Sidi Boumediene est une tenue traditionnelle originaire de la ville de Tlemcen qui va rapidement séduire les femmes des grandes villes de l’Oranie telles que celles d’Oran, Sidi Bel Abbes ou encore Tiaret. La blousa est toute une histoire mêlant la abaya tenue ancienne de l’Oranie aux styles venus de l’autre rive de la méditerranée, c’est une tenue enrichie de plusieurs techniques de couture dont la femme de l’Oranie en fera une tenue indispensable lors du jour de son mariage.

 Sur les premiers pas de la blousa

La naissance de la blousa se voit être une hybridation culturelle entre la tenue vestimentaire algérienne et française de l’époque. C’est ainsi une tenue innovante apparue au début du XXe siècle avant d’être adoptée comme tenue traditionnelle par les femmes de Tlemcen car avant l’apparition de la blousa, les femmes de Tlemcen et de toute l’Oranie portaient la abaya une robe laissant apparaître le kholkhal(anneau de cheville). Les femmes abandonnèrent petit à petit la abaya au profit de la blousa tout en l’accompagnement d’accessoires traditionnels comme le jbin(diadème), les parures en johar(perles de culture), la mharmet leftoul(foulard à frange d’or)… La métamorphose de la abaya se distingue au niveau du type du tissu ainsi que la forme de la chemise qu’elle surmonte, elle était surtout confectionnée à partir de tissus onéreux tel le brocart qui sera par la suite remplacé par des soieries beaucoup plus légères, tandis que les manches dites qmem de la chemise confectionnées en tulle brodée se verront disparaître. La diversification des textiles requis pour la réalisation de la blousa entraîne une plus grande liberté dans le choix des couleurs et une popularisation du port de cette dernière. Les soieries aux motifs floraux imprimés sont également admises au sein des choix du tissu rappelant ceux de la abaya. Entre outre ce que la blousa à retenue de la abaya est le plastron rigide mettant en valeur la poitrine de la femme qui va s’enrichir en motif au cours des décennies mais aussi une doublure en soie fine appelée jaltita.

 

→ Cliquer sur la photo pour afficher la légende en détail.

La blousa un défi contre le colonialisme

Le colonialisme français se marqua par plusieurs interdis mis en place en 1881, le Code de l’Indigénat affirme sans précédent la discrimination du senatus consulte de 1865 imposant l’inégalité entre un colon et un « musulman d’Algérie ». Il instaure des pénalités particulières pour les indigènes et organise la dépossession continue de leurs terres mais aussi un accès très limité aux études scolaires qui touchera davantage la femme considérée inférieure au point de vu social. En 1892 les femmes de Tlemcen demanderont la mise en place d’un plan de réforme politique visant à encourager l’éducation des femmes, la blousa remplira la fonction intégration de la population féminine dite “indigène” au cœur de l’administration éducative coloniale. Cette volonté politique sera suivie en 1904 avec la montée du mouvement des Jeunes Algériens ayant deux buts : l’instruction de la femme et la conservation culturelle dont la femme algérienne en est gardienne.  En outre, la blousa apparaîtra en tant que signe de changement et comme un conservateur de la tradition, conçue par les femmes de la ville qui ne voulaient pas être exclus de la modernité, mais qui, néanmoins, voulut imposer une démonstration d’authenticité culturelle dans le visage du colonialisme.

 

→ Cliquer sur la photo pour afficher la légende en détail.

Oran ou le centre de modernisation de la blousa

Oran fut la capitale du beylicat de l’ouest ainsi la ville connaîtra une croissance intense sous l’ère coloniale qui en fera la capitale régionale de l’Oranie. De ce fait la ville d’Oran jouera un rôle primordial dans l’évolution de la blousa car de nombreux commerçants et artisans originaires de la ville Tlemcen, venus bénéficier de cette dynamique viendront s’y installer avec leurs familles. Ainsi, les artisans de Tlemcen introduiront la blousa qui sera de suite adoptée par les oranaises au profit de la abaya, ce phénomène de propagation de la blousa se fera pratiquement dans toutes les villes de l’Oranie. Dans les années 1950 et 1960, le col de la blousa est devenu de plus en plus orné de rubans, perles et paillettes. Puis dans les années 1980, la mode blousa Oran atteint sans précédent les niveaux de l’extravagance et de l’enjouement. Les concepteurs de cette tenue transforment la blousa sous ses formes les plus innovantes qui feront d’elle la tenue la plus moderne d’Afrique du Nord. Oran, ville connue pour sa modernité et son cosmopolitisme affectera ainsi la blousa venue de Tlemcen, les artisans introduiront plusieurs éléments nouveaux notamment un travail de perlage, des ajouts de strass, des motifs locaux et occidentaux et ceux évoluant selon les modes. La blousa à la mode d’Oran se fera connaitre dans toute la région et traversera même les frontières pour élire domicile dans la ville d’Oujda puis les villages alentours suite à l’influence commerciale et culturelle imposante de l’Oranie sur la région d’Oujda mais aussi aux mariages avec plusieurs familles algériennes installées à Oujda comme nous le rapporte le docteur marocain Abdelkader Guitouni natif d’Oujda et Yvette Katan experte du Maghreb.

 

→ Cliquer sur la photo pour afficher la légende en détail.

Les blayez ou la blousa sous ses différentes déclinaisons 

La femme tlemcenienne possède une palette diversifiée de blayez, ces blayez désignent les différents types de la blousa réservée à des moments uniques dans la vie d’une jeune fille ou femme tlemcenienne, nous pouvons citer :

  • la blouset el mensouj confectionnée traditionnellement dans un type de soie dit mensouj, très prisée dans la ville de Tlemcen est tissée à la main se caractérisant par des bandes verticales dorées, argentées et parfois colorées. La haut de cette blousa est fait en satin tandis que le bas en mensouj. L’ancienne blouset el mensouj était faite avec des laies dans la partie basse de la robe mais aussi avec des dqora, bouton fait au fil d’or, ce qui fait d’elle, la blousa la plus chère parmi les blayez. Ainsi elle fait partie intégrante du trousseau de la mariée et se porte avec la chedda a’ala el djess, une coiffe somptueuse composée de plusieurs accessoires traditionnels tels que le mendil(foulard de soie d’or), le dbin(diadème) et quelques zrarefs(bijoux en perles de culture).
  • la blouset el nhar qui fait partie du trousseau de la mariée, elle est de couleur blanche et se porte avec taj. Durant la tesdira ou cérémonie nuptiale durant laquelle la mariée se doit endosser plusieurs tenues, la blouset el nhar se devait être la première présentée aux invités.
  • la blouset el lewqer est une blousa spéciale pour les funérailles, elle est de couleur brunâtre et en soie opaque dont le sder est souvent ornementé de fleurs verdâtre et jaunâtre.
  • la blousa nechfa qui doit être portée l’année suivant la mort d’un être cher.
  • la blousa ntaa esmaq ornée de paillettes, la blousa ntaa essutadj qui est tressée ou encore la blousa ntaa tel faite avec une broderie métallique au fil d’or pur.

 

→ Cliquer sur la photo pour afficher la légende en détail.
Toutes reproductions même partielles du texte sont formellement interdites et soumises à des droits d’auteur. Les textes sont soumis à des copyrights.

Références :

  • Pensées sur Tlemcen d’autrefois, Kossay Zaoui, 2016.
  • Investigating the Blusa: The Cultural and Sartorial Biography of an Algerian Dress, Leyla Belkaid, 2014.
  • Les jumeaux du maquis: guerre d’Algérie, Tami Medjbeur, 1983.
  • La pénétration culturelle étrangère dans le Nord-Est marocain, Dr. Abdelkader Guitouni.
  • Oujda, une ville frontière du Maroc (1907-1956): Musulmans, Juifs et Chrétiens en milieu colonial, Yvette Katan, 1990. 
  • Splendeur du MarocMusée royal de l’Afrique centrale, 1998.
  • Le costume traditionnel algérien, Pradette Pichault, 2008.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s